Histoire Aschères-le-Marché Patrimoine Mairie Loiret
Histoire

LA HALLE D’ASCHERES

La Halle du Moyen Age témoigne qu’un important marché se tenait à ASCHÈRES. Abriter le marché ne fut pas la seule vocation de la Halle. Après la Révolution, la justice de paix y avait une « salle ». Ce fut aussi là qu’était installée la Mairie avant son transfert au Champart (1868) et la construction de l’actuelle mairie en 1881. En 1894, la Halle accueillit les paroissiens pendant la restauration de l’église. Dans les années plus récentes, elle servit d’abri puis d’entrepôt de matériel. En 1979, un comité de sauvegarde réuni en association « Les Amis de la Halle » mobilisa avec succès tous les moyens et les énergies pour que sa restauration soit entreprise.

Inscrite comme Monument historique par arrêté en date du 17 février 1987, la Halle d’Aschères-le-Marché avait pour dénomination : "marché couvert". Le pavement du sol fait partie des éléments protégés. L’époque de reconstruction remonte au 18e siècle.

Au Moyen Age, Aschères était un marché de céréales, avec sa propre unité de mesure, la "mesure d’Aschères". La halle est un bâtiment rectangulaire avec un toit à quatre pans. Le côté sud était fermé par une porte à barreaux de fer au-dessus de laquelle se trouvaient deux anciens vitraux de l’église sans doute amenés lors de la reconstruction de la nef de l’église au 19e siècle. Sur le côté nord, un auvent à deux pans abrite une porte d’entrée en plein cintre. Le gros oeuvre est en pan de bois partiellement hourdis de brique. L’intérieur présente une charpente à entraits et poinçons. Le sol est couvert d’un dallage en pierre. La Halle est la propriété de la commune. 

 

Halle vers 1950

 

Halle et Mairie

--------------------------------------------

Eglise Notre-Dame (XIIIe-XIXe)

A l’origine, un prieuré fut établi au XIIe dans le château d’Aschères, avec une chapelle servant d’église. En 1203, le seigneur GAUTHIER de Nemours, Chambellan du Roi, en demanda le transfert au milieu du village formé hors-les-murs. L’Eglise paroissiale, dont la construction hors l’enceinte du château commença en 1204 sous Gauthier 1er de NEMOURS est dédiée à la Vierge Marie. Elle abritait la Bonne Dame d’Aschères, vénérée du pays et des alentours, qui fut un moment « empruntée » par Pierre de REILLAC, baron de Rougement devenu Seigneur de MÉRÉVILLE. Rendue puis cachée pour la préserver des protestants, elle fut retrouvée entre ASCHÈRES et NEUVILLE en un lieu maintenant appelé la Bonne Dame.

 

 

Une église est alors construite et conserve son clocher-porche et son choeur du XIIIe. Le beffroi est ravagé par un incendie en 1736, les quatre cloches fondues sont remplacées par deux, le gros et le petit glas. L’église est restaurée en 1806, puis à nouveau en 1867 (choeur), un maître-autel neuf est installé en 1876. La nef est totalement reconstruite de 1893 à octobre 1895 ; durant les travaux, la halle est close et transformée en chapelle provisoire. Les cloches sont électrifiées en 1963 (don de Mme MALON).

Le 29 janvier1988, une tornade endommage la flèche, qui est restaurée. Le clocher-porche est entièrement restauré en l’an 2000 et le côté sud de la nef est ravalé par la suite. Sous le choeur se trouve un caveau, qui a appartenu à la famille DE BEAUCLERC. Un calorifère a été établi dans la moitié nord de ce caveau à la fin du XIXe siècle afin de chauffer l’église : cette espèce de four, alimenté au charbon, chauffait l’air qui était envoyé par des conduites, dans l’église. Cette pièce voûtée prend jour par un soupirail côté sud et est accessible par un escalier pentu s’ouvrant derrière le maître-autel.

A gauche du choeur se trouve l’épitaphe de Charles HOTMAN (┼2 octobre 1680). Juste à côté, sous une tourelle flanquée contre le choeur, une chapelle est aménagée, voûtée d’ogives de la même façon que le porche.